Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 18:25

Sept dossiers de candidature aux postes de gouverneur et vice-gouverneur de la province du Lualaba sont enregistrés au Bureau de réception et de traitement des candidatures de la Commission électorale nationale indépendante CENI vendredi 21 août date officielle de la clôture de dépôt de candidature à cette élection, à en croire la CENI de BRTC LUALABA juste vendredi 16 Heure 30 son bureau n’avais reçu que 6 dossiers et le septième a été déposé dans les heures vespérales, la même source renseigne que chaque candidat gouverneur propose sur sa liste un suppléant qui est en meme temps candidat au poste de vice gouverneur, beaucoup de candidats se sont présentés comme indépendants Voici par ailleurs la liste des prétendants à ces poste

Jean Batiste KAKOMA SAKATOLO Docteur en médecine, chirurgie et accouchements (1975), docteur en santé publique à l'Université catholique de Louvain, agrégé de l'enseignement supérieur en médecine à l'Institut de médecine tropicale d'Anvers pour le compte de l'Université de Kisangani. Professeur à l'Université de Kisangani (1975-1992), recteur de l'Université de Lubumbashi, Zaïre (1997-2001). Jean Batiste KAKOMA est indépendant et a pour candidat vice gouverneur Le professeur WIKA TSHIBINDA Doyen de la faculté de Droit de l’Université de Kolwezi

ISABELLE RUTH MATSHIK TSHOMBE se présente au label du CONACO Un parti de la mouvance présidentielle

Depuis 2001 MATSHIK TSHOMBE est la Représentante personnelle du Chef de l’Etat à la Francophonie, tout d’abord, en 1999 par Laurent Désiré Kabila alors qu’elle était vice –ministre à la coopération régionale ; fonction qu’elle occupe après avoir été vice ministre des affaires sociales.

En 2001 ; elle est nommée par le président Joseph KABILA commissaire général à la Francophonie et en même temps elle a la lourde responsabilité de le représenter au conseil permanent de la Francophonie.

Isabel TSHOMBE a joué un grand rôle pour le sommet de la Francophonie de Kinshasa en 2012. Elle a été la présidente du comité ad hoc de rédactions de textes de ce sommet. Elle a pour suppliant PANDE KIJIBA KATWEBE

EDMOND MBAZ A MBANG Ministre près le gouverneur dans le récent gouvernement de la défunte province du Katanga et ancien cadre de la GCMIN est aussi candidat au poste de gouverneur avec comme vice gouverneur Louise ILUNGA MWELESHI

Michel ILUNGA Kouvas Député national élu de Kolwezi et un de grands operateurs économiques figure aussi sur la liste avec comme suppléant MWAKU PICHI ALEXIS

Germain PUNGWE MABWE Propriétaire de plusieurs espaces commerciaux est aussi candidat au poste de gouverneur Alexis ANAKUR est son suppléant

YAV KATSHUNG Professeur de droit dans plusieurs universités du pays figure aussi parmi les prétendants aux postes de gouverneur

Et en fin MBOMB KALEND EUGENE est aussi candidat gouverneur, Toute fois ces candidats jouissent de leur droit d’ajout tout comme de retrait et de substitution des candidatures, conformément aux dispositions de l’article 16 de la loi numéro 15 001 DU 12 Février 2015, renseigne le communique de la CENI

Partager cet article
Repost0
22 août 2015 6 22 /08 /août /2015 11:21

Quatre enfants d'une même famille ont été victimes d'un incendie dans la nuit du jeudi au vendredi dans la ville de Kolwezi Chef Lieu de la nouvelle province du Lualaba précisément au quartier Moise TSHOMBE- cité Dominique DIUR, Selon le bailleur de la parcelle cet incendie serait venu d'une bougie allumée que les parents de ces victimes auraient oublié dans une des chambres de la maison, à en croire la maman de ces enfants victimes de l'incendie, l'origine de cet incendie est liée certainement à la bougie selon que dans cette partie de la ville de Kolwezi, le courant électrique constitue une denrée rare, elle ajoute par ailleurs que ce triste événement s'est produit pendant qu'elle était absente de la maison, elle indique qu'elle serait partie de la maison pour aller chercher l'eau de la régie une autre denrée rare dans ce quartier en précisant que le père de la famille était au boulot .

Partager cet article
Repost0
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 15:34

Jusque ce vendredi 21 Aout à 16 heures 20 minutes, heures locales de Kolwezi chef lieu de la nouvelle province du Lualaba et à 30 minutes de la clôture du dépôt de candidatures à l’élection des gouverneurs et vice gouverneurs, seuls 6 six candidatures ont été déposées au Bureau de réception et de traitement des candidatures de la Commission électorale nationale indépendante CENI Lualaba, d’après KABANGA NGOIE JEAN président du BRTC Lualaba, au dernier jour du dépôt des candidatures aux postes des gouverneurs et vice-gouverneurs pour la nouvelle province du Lualaba, les prétendants à ce poste ne se bousculent pas aux Bureaux de réception et de traitement des candidatures de la Commission électorale nationale indépendante Lualaba selon la même source, l’élection des gouverneurs et vice gouverneurs reste maintenu au 6 octobre telque prévue par le calendrier et fustigeant « la culture de dernière minute » qui caractérise les acteurs lors des échéances électorales.

.

De leur côté, les partis politiques rejettent la responsabilité de ce manque d’engouement sur la Ceni. L’Union pour la nation congolaise (UNC) par exemple accuse la centrale électorale de jouer le jeu du pouvoir.

«La Ceni ne sait pas à quoi s’en tenir tout simplement parce qu’elle est sous le dictat de la majorité qui lui impose ce qu’elle veut selon ses propres agendas. L’UNC n’est ni concernée, ni intéressée par l’élection des gouverneurs», a affirmé sur la radio Okapi Claudel-André Lubaya, le secrétaire général par intérim de ce parti. Il sied de souligner que la province du Lualaba a dans sa gibecière 24 députés provinciaux lesquels ont la lourde charge d’élire le gouverneur et son vice qui à leur tour formeront un gouvernement provincial qui sera contrôlé par l’organe délibérant du Lualaba, cependant le vœu de l’opinion publique est ces élections du gouverneur et son vice se tienne dans le délais et qu’un report ne soit opéré.

Partager cet article
Repost0
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 13:40
Grand Technicien
Grand Technicien

Jacques TAMBWE TSHILOZ, était quelqu'un sur qui reposait tout espoir pour tout ce qui concernait la technique de la Radio Communautaire Libre. Après l'incendie qui avait frappé la RCL en 2012, c'est lui qui a travaillé, corrigé, réglé, refait certains câblages afin que la RCL émette de nouveau. Ce qui concerne la RCL Kisenge, c'est lui qui a tout préparé et depuis la radio émette bien jusqu'à ce jour. Le direct du forum sur le développement de la province du Lualaba que la RCL a fait, c'est lui qui a tout monté. En bref, si la RCL se maintient techniquement, c'est parce qu'elle avait un Monsieur comme Jacques TAMBWE TSHILOZ qui vient de nous quitter ce jour.

En effet, Jacques TAMBWE TSHILOZ est décédé le vendredi 19 juin 2015 de suite d'une courte maladie à la clinique GCM Kolwezi. Son enterrement est prévu pour dimanche 21 juin selon le programme que voici:

-14h30: Levée du corps à la morgue de HPK

-15h30: Discours à la salle du Royaume des Temoins de Jéhovah

-16h30: Mise en terre aux cimetières des sapins

Le deuil s'observe à son domicile sis Avenue M'SIRI au numéro 292 en ville commerciale.

"Jacques, la Radio Communautaire Libre ne t'oubliera jamais" et que ton âme repose en paix.

Dr Jean de la Paix MBANGU

Directeur de la RCL

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 12:42

C’est une première en France : un ancien président de la République est en garde à vue.

Ce mardi matin, 1er juillet 2014, Nicolas Sarkozy a été placé en GAV dans l’heure qui a suivi son arrivée dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre. Il est soupçonné de « trafic d'influence » et « violation du secret de l'instruction » sur la base d'écoutes téléphoniques.

Arrivé peu avant 8 heures dans les locaux de la PJ de Nanterre, Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue, ce mardi matin 1er juillet 2014. Il est au centre d'une information judiciaire ouverte le 26 février 2014 pour « trafic d'influence » et « violation du secret de l'instruction ». Les gardes à vue de l'avocat de l'ancien président, Me Thierry Herzog, et de deux avocats généraux de la Cour de cassation, Gilbert Azibert et Patrick Sassoust - entendus depuis hier, lundi, par les policiers - ont été prolongées de 24 heures, selon une source judiciaire.

L'Office anti-corruption de la Police judiciaire (Oclciff) cherche à savoir si l'ancien chef de l'Etat a tenté d'obtenir illégalement des informations sensibles sur les dossiers Bettencourt et Tapie/Crédit Lyonnais, dans lesquels son nom est cité, en échange de la promesse d'un poste de prestige pour Gilbert Azibert, avocat général à la Cour de cassation. M. Sassoust, qui tient les mêmes fonctions que Thierry Azibert à la chambre criminelle de cette haute juridiction, serait peut-être l’homme qui le renseignait.

M. Azibert s’est notamment informé, avant l’heure, sur la possible restitution par la justice des agendas de Nicolas Sarkozy saisis dans le cadre de l'affaire Bettencourt. Ce sont des écoutes téléphoniques effectuées dans le cadre d'une autre enquête, le financement libyen de sa campagne de 2007, qui ont mis les juges sur cette affaire.

Nicolas SARKOZI

Nicolas SARKOZI

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 07:41

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a procédé lundi 26 mai à la publication du calendrier des élections urbaines, municipales et locales. Il contient trois grandes dates: le 14 juin 2015, jour du scrutin des conseillers des communes, des secteurs et des chefferies ; le 29 août 2015, jour du vote des conseillers urbains, des bourgmestres et des chef des secteurs, et enfin le 15 octobre 2015, prévu pour le scrutin des maires et maires adjoints. «Ce calendrier sera respecté», a assuré le président de la Ceni, abbé Apollinaire Malumalu, précisant que le problème de financement ne se pose pas.

Pour la Ceni, les élections urbaines, municipales et locales sont « les grandes qui doivent aider à la stabilisation de l’Etat congolais.»

Une autre raison qui pousse cette institution citoyenne «à prendre des mesures courageuses », c’est qu’il faut que le système électoral congolais soit défini une fois pour toutes, qu’il soit régulier. «On ne peut pas à chaque élection, commencer avec des discussions qui ne se terminent jamais», a déclaré l’abbé Malumalu.

«Le calendrier sera respecté et nous veillerons à ce que chaque institution de la République puisse remplir ses obligations légales», a poursuivi le président de la Ceni.

Financement

En ce qui concerne le financement, a-t-il indiqué, la loi des finances de 2014 a déjà voté un budget de 166 millions de dollars américains. «Puisque la préparation de ces élections urbaines, municipales et locales porte sur deux exercices budgétaires - l’exercice 2014 et l’exercice 2015 – il n’y a donc pas de problème de financement de ces élections», a estimé l’abbé Malumalu.

L’ensemble de budget qui avait été déposé par la Ceni pour ces élections est d’environ 300 millions USD, selon la même source. A chaque étape, cette institution déposera au Gouvernement – qui assure le gros de financement – un plan de décaissement y afférant.

La Ceni pourra également solliciter la contribution de la communauté internationale, à travers le comité de partenariat qui regroupe pour les représentants du gouvernement et des partenaires du processus électoral congolais.

Quid de la présidentielle de 2016 ?

En réaction à une question de la presse, le président de la Ceni a évoqué la feuille de route de la poursuite du processus électorale en République démocratique du Congo, qu’il avait présentée à l’Assemblée nationale le 30 janvier dernier. Ce document présentait deux hypothèses: organiser en premier les élections municipales et locales au suffrage direct avant de poursuivre avec des élections au suffrage indirect des députés provinciaux, sénateurs, bourgmestres, gouverneurs, maires et conseillers urbains. Apres cette étape, viendraient les élections au suffrage universel direct des députés nationaux et du président de la République en 2016.

L’autre hypothèse consistait à organiser d’abord des élections au suffrage universel direct des députés provinciaux, nationaux, et du président de la République en 2016.

Lire aussi: RDC: la feuille de route de la Ceni au centre de la session parlementaire de mars

Lorsque le Parlement va se prononcer sur l’option des élections provinciales et sénatoriales, a promis l’abbé Apollinaire Malumalu, la Ceni publierait le calendrier y afférant.

Les législatives et la présidentielles sont programmées en 2016. Mais la loi elle-même a mis un préalable à ces élections, a-t-il fait observer, c’est le recensement administratif.

L’horizon 2016, c’est donc le recensement administratif qui est le préalable: soit le Gouvernement s’active pour faire ce recensement dans les délais constitutionnels, soit le législateur modifie la loi électorale en vigueur. Si alors rien n’est fait dans ce sens, la Ceni se verra dans l’obligation d’introduire une dérogation dûment motivée de prolongation à la Cour constitutionnelle.

«La Ceni ne peut jamais planifier une élection qui va au-delà de 2016 […] La Ceni ne sera jamais dans le club des gens qui veulent aller au-delà de 2016 », a martelé le président de la Ceni.

La CENI publie le calendrier des élections urbaines, municipales et locales
Partager cet article
Repost0
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 14:00

Un homme qui est là pour ouvrir de nombreux anciens «secrets» dans l’église catholique est le Pape François. Certaines des croyances qui ont lieu dans l’église, mais contraires à la nature aimante de Dieu sont maintenant mises de côté par le Pape qui a été nommé Récemment L’homme de l’année par TIME Magazine.

Dans ses dernières révélations, le Pape François dit:

« A travers l’humilité, la recherche de l’âme, et la contemplation de prière, nous avons acquis une nouvelle compréhension de certains dogmes. L’église ne croit plus en un véritable enfer où les gens souffrent. Cette doctrine est incompatible avec l’amour infini de Dieu. Dieu n’est pas un juge mais un ami et un amant de l’humanité. Dieu ne cherche pas à condamner, mais seulement à embrasser. Comme la fable d’Adam et Eve, nous voyons l’enfer comme un dispositif littéraire. L’enfer est simplement une métaphore de l’âme isolée, qui, comme toutes les âmes seront finalement unies dans l’amour avec Dieu « .

Dans un discours choquant qui résonne à travers le monde, le Pape François a déclaré que :

« Toutes les religions sont vraies, parce qu’elles sont vraies dans les cœurs de tous ceux qui croient en elles. Quel autre type de vérité y’a t-il? Dans le passé, l’église a été dure à celles qu’elle jugeait moralement répréhensible ou pécheresse. Aujourd’hui, nous ne sommes plus juge. Comme un père aimant, nous ne condamnons pas nos enfants. Notre église est assez grande pour les hétérosexuels et les homosexuels, pour les pro-vie et pro-choix ! Pour les conservateurs et les libéraux, les communistes sont les bienvenus et même nous ont rejoints. Nous aimons tous et adorons le même Dieu. »

Au cours des six derniers mois, les cardinaux, les évêques catholiques et les théologiens ont délibère dans la Cité du Vatican, en discutant de l’avenir de l’église et de redéfinir les doctrines et les dogmes catholiques de longue date. Le Troisième Concile Vatican II, est le plus grand et le plus important depuis que le Concile Vatican II a été conclu en 1962.

Le Pape François a convoqué le nouveau conseil à « enfin terminer le travail du Concile Vatican II. »

Le Troisième Concile Vatican II a conclu avec le Pape François annonçant que …

Le catholicisme est maintenant une «religion moderne et raisonnable, qui a subi des changements évolutifs. Le temps est venu d’abandonner toute intolérance. Nous devons reconnaître que la vérité religieuse évolue et change. La vérité n’est pas absolue ou gravée dans la pierre. Même les athées reconnaissent le divin. Par des actes d’amour et de charité l’athée reconnaît Dieu ainsi, et rachète son âme, devenant un participant actif dans la rédemption de l’humanité « .

Une déclaration dans le discours du pape a envoyé les traditionalistes dans un accès de confusion et d’hystérie …

« Dieu est en train de changer et d’évoluer en tant que nous sommes, Dieu vit en nous et dans nos cœurs. Lorsque nous diffusons l’amour et la bonté dans le monde, nous touchons notre propre divinité et le reconnaissons. La Bible est un beau livre saint, mais comme toutes les grandes et anciennes œuvres, certains passages ne sont pas à jour. Certains appellent même à l’intolérance ou au jugement. Le temps est venu pour voir ces versets comme des interpolations plus tard, contrairement au message d’amour et de vérité, qui rayonne autrement par l’Écriture. Conformément à notre nouvelle compréhension, nous allons commencer à ordonner des femmes cardinaux, des évêques et des prêtres. Dans l’avenir, j’espère que nous aurons un pape féminin un jour. Que personne ne ferme la porte aux femmes qui sont ouvertes aux hommes! «

Quelques cardinaux de l’église catholique sont contre les dernières déclarations du Pape.

Source:http://www.kenya-today.com/news/pope-francis-says-hell-christians-falsely-think

Pape François I

Pape François I

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 16:07

Pascal Tabu Ley, dit «Seigneur Tabuley Rochereau», est décédé samedi 30 novembre à Bruxelles, en Belgique. Le célèbre chanteur congolais était dans le coma depuis plusieurs jours. Selon son fils Charles Tabu, joint par Radio Okapi, Tabu Ley est mort de suite de diabète après avoir été terrassé par un accident cardiovasculaire il y a plus de deux ans.

Né à Bandundu-ville, Pascal Tabu Ley commence par chanter à l’église puis dans plusieurs chorales scolaires.

Il rejoint ensuite le ministère de l’Education nationale comme fonctionnaire puis responsable administratif et financier à l’Athénée de la Gombe.

Pascal Tabu Ley entame une carrière musicale en commençant à composer dans les années 1950. En 1956, il chante avec Grand Kalé, un chanteur et chef de groupe, considéré comme le père de la musique congolaise moderne. C’est alors le début d’un succès fulgurant pour celui qui prend le nom de scène de Seigneur Tabuley Rochereau.

Comme son mentor, Rochereau va apporter avec son orchestre l’African fiesta National pas mal d’innovations dans la rumba congolaise. On lui attribue notamment l’adoption de la batterie. Une mode qui entraînera la création de plusieurs orchestres comme les Bella Bella des frères Soki.

Très inspiré par la pop musique et le rhythm and blues des années 1960-1970, Rochereau n’hésite pas à se produire sur scène avec des pantalons«patte d’éléphant» et coiffure Afro. Il est le premier chanteur africain à se produire à l’Olympia.

Bien que très bon et grand chanteur solo, le Seigneur Tabuley a réussi quelques duos assez mémorables avec d’autres chanteurs qui l’accompagnaient avec des chansons comme «Permission» et «Rendez-vous chez là bas» avec Mujos, « Souza» et «Maguy» avec Sam Mangwana, «Ki makango mpe libala» et «Gipsy» avec NDombe Pepe.

En 46 ans de carrière, Tabu Ley a composé plus de 3 000 chansons et vendu plusieurs milliers de disques. Quatre de ses fils, Pegguy Tabu, Abel Tabu, Philémon et Youssoupha, ont percé dans le milieu de la musique en tant que chanteur, compositeur. Il a notamment chanté «Mokolo na kokufa», en vidéo ci- dessous:

 

Tabu-ley.png

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 15:40

En tournée dans l'est du pays depuis une semaine, Joseph Kabila a fait halte à Rutshuru et à Kiwanja le vendredi 29 novembre. Deux villes fortes en symbole, encore sous le contrôle du M23 il y a un mois. Cette visite était très attendue par les Congolais. Le président n'était pas venu dans ces villes depuis 2009. C’est avec plusieurs heures voire plusieurs jours de retard que Joseph Kabila est finalement arrivé à Kiwanja et Rutshuru.

Depuis des semaines déjà, les habitants du Nord-Kivu s’interrogeaient sur l’absence de leur chef d’Etat pour fêter la victoire historique contre le M23. Mais fidèle à son habitude, le président a imposé son rythme et sa façon de voyager. Il est venu dans l’est par la route, lui même au volant de son 4x4. Des images de sa voiture bloquée dans la boue ou sur des pistes impossibles ont circulé sur la toile.

Après huit jours de voyage, Kabila est finalement arrivé à Rutshuru. Tout un symbole... Fief de la rébellion il y a encore un mois, la ville est aussi très proche de la frontière avec l’Ouganda et le Rwanda. Une situation géographique que Joseph Kabila n’a pas manqué d’évoquer dans son discours.

Dans le stade de Rutshuru

Il a lancé un appel très ferme à ses voisins, en prenant le soin de n'en désigner aucun en particulier : aucune tentative d’incursion ou de soutien à une nouvelle rébellion ne sera tolérée, a affirmé Kabila. Il a été vivement applaudi par les quelques milliers de personnes venues l’écouter dans le stade à moitié vide de Rutshuru.

Mais Kabila s’est aussi voulu compatissant et proche de son peuple. Dans son discours en swahili, il a à plusieurs reprises présenté ses condoléances pour les pertes humaines mais aussi la violence et les exactions endurées par la population quand le territoire était sous contrôle du M23.

Il a promis d'oeuvrer pour une paix durable et que l’argent de la guerre servirait au développement. Une promesse faite en 2009 déjà et à laquelle tout le monde dans le Nord-Kivu rêve de croire !

Kiwanja en fête

La petite ville de Kiwanja, à 80 km au nord de Goma, a accueilli vendredi le président Joseph Kabila, sur le passage de sa tournée dans l’Est. Des milliers de personnes se sont rassemblée au bord de la route, brandissant des drapeaux et des banderoles.

Le jour avait été déclaré chômé. Une bonne partie de Kiwanja était donc dans la rue pour saluer le président, attendu depuis longtemps. « Je suis très content de l’arrivée du président parce qu’il avait promis que ces rebelles qui nous ont fait souffrir, seraient mis dehors et c’est ce qu’il a fait ! Il a tenu promesse ! Nous sommes très très contents», dit un homme.

Mais juste à côté, debout devant le restaurant La paix, une dame n’est pas du tout d’accord : « En quoi est-ce que nous allons dire qu’il est notre président ? La route est en mauvais état, les maisons ont été détruites par des balles, beaucoup n’ont pas l’électricité. Ici nous pleurons beaucoup ».

Finalement, Joseph Kabila arrive, traverse la ville à pied. Tout un symbole, dans ce qui était encore le fief du M23 il y a un mois. Dans son discours, il promet que l’argent de la guerre servira au développement. Et que la paix, cette fois, sera durable : « Je sais que dans les territoires de Rutshuru, les gens ont été traités comme des chèvres. Quand ces bandits décidaient de tuer, ils le faisaient. Quand ils décidaient de violer, ils le faisaient. Je suis vraiment désolé pour tout cela. Mais je vous le promets, c’est la fin. Cette situation ne reviendra plus jamais!».

Mais ce jeune homme de Kiwanja a du mal à y croire. En 20 ans d’existence, il a vécu trois guerres déjà. La paix est encore fragile, mais ici tout le monde rêve qu’une nouvelle histoire commence dans le Nord-Kivu.

 

Cheka court toujours

Depuis la chute du M23, les redditions se multiplient. Le chef de la mission de l'ONU en RDC, Martin Kobler, a annoncé hier qu'une milice maï-maï accusée de tueries et de viols massifs avait déposé les armes. Selon la Monusco, en quelques jours, quelques 150 combattants de Cheka se sont rendus. Une reddition obtenue sous la pression. Mais le chef de guerre, sous sanctions de l'ONU, lui, court toujours.

Cela faisait plusieurs mois que Cheka était dans le collimateur de la mission onusienne. Enlèvements d'enfants, décapitations et menaces en tout genre. La milice Cheka est de fait le deuxième groupe armé, après le M23, à faire les frais de la nouvelle brigade d'intervention de la Monusco.

L'ultimatum de l'ONU

Les Nations unies avaient donné jusqu'au 25 novembre au chef de guerre pour désarmer. Celui-ci l'avait promis. Mais le jour dit, ce sont des nouvelles recrues avec des fusils hors d'état de marche qui se sont présentés. Deux jours plus tard, le 27, Cheka promet à nouveau de se rendre, dit qu'il souhaite simplement que la Monusco assure sa sécurité jusqu'à son procès.

Mais dans les faits, il amasse des troupes. Le pas de trop. Dans la nuit, quelques 70 éléments des forces spéciales tanzaniennes sont dépêchés à Pinga, son fief, pour le neutraliser. Le tuer si nécessaire, explique une source onusienne. Mais, sans doute prévenu, le chef de guerre a déguerpi avec ses 150 combattants les plus aguerris.

Aujourd'hui, 300 casques bleus de la brigade d'intervention sont déployés à Pinga avec pour mission de sécuriser la ville et de retrouver Cheka. Ces 300 hommes viennent s'ajouter aux quelque 150 soldats d'un bataillon uruguayen qui, depuis des mois, subissaient sans pouvoir réagir la présence du chef de guerre.

 


Alors que la semaine prochaine, le président congolais Joseph Kabila devrait se rendre à Paris pour participer au sommet Paix et Sécurité de l'Elysée, il devrait également rencontrer le secrétaire général de l'OIF, Abdou Diouf. L'avocat d'Eugène Diomi Ndongala et le secrétaire général de son parti, la Démocratie chrétienne, ont effectué ces derniers jours plusieurs rencontres avec des partis européens dont le parti socialiste français pour les sensibiliser au cas de l'opposant congolais détenu depuis avril dernier.

Selon Maître Richard Bondo Tshimbombo Bontshi, la santé du président du parti Démocratie chrétienne déclinerait et il y aurait urgence à obtenir sa libération, au moins pour des raisons humanitaires. Il aurait demander au parti socialiste français d'intervenir. Pourquoi maintenant? Il s'en explique.

 

Maître Richard Bondo

Avocat d'Eugène Diomi

Sur le plan interne, il y a peu de progrès. Mon client semble aujourd'hui désespéré. Mais son parti, la Démocratie chrétienne, a des partis amis (...). A sa demande, le secrétaire général de son parti et moi même, avons fait le déplacement à Paris. Nous avons été reçus au siège du Parti socialiste français, où nous avons été écoutés et je crois, avons-nous été bien entendus.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 18:06

Le chef de l’Etat a promulgué mardi 15 octobre la loi portant organisation et fonctionnement de la Cour constitutionnelle trois ans après son adoption au Parlement. Cette loi avait été adoptée par l’Assemblée nationale et par le Sénat fin octobre 2010. La Cour constitutionnelle est chargée du contrôle de la constitutionnalité des lois et des actes ayant force de loi. Elle a également la compétence de juger le contentieux des élections présidentielle et législatives ainsi que le référendum.

Prévue par la constitution de 2006, cette Cour n’avait jamais été mise sur pied. Jusque-là, c’est la Cour suprême de justice qui faisait office de Cour constitutionnelle.

La Cour constitutionnelle est la seule juridiction capable de juger le chef de l’Etat et le Premier ministre dans les cas prévus par la constitution. Elle sera composée de neuf membres nommés pour un mandant de 9 ans non renouvelables. Trois de ses membres seront nommés sur l’initiative du chef de l’Etat, trois autres par le congrès (Assemblée nationale et Sénat) et les trois derniers par le Conseil supérieur de la magistrature.

Le président de cette cour sera élu par ses pairs pour un mandat de 3 ans renouvelables une fois. La loi promulguée crée aussi un parquet général près la Cour constitutionnelle.

« La loi organique de la Cour constitutionnelle vise à renforcer l’indépendance du pouvoir judiciaire face au pouvoir législatif et exécutif, afin de répondre aux exigences de la constitution du 18 février 2006 », avait expliqué le président de la commission Politique, administrative et judiciaire du Sénat, Toussaint Ekombe lors de son adoption il y a trois ans.

La promulgation de cette loi est conforme aux prescrits de la constitution de 2006 qui prévoit aussi un ordre de juridictions judiciaires  composé de cours et tribunaux civils et militaires placés sous le contrôle de la Cour de cassation et un ordre de juridictions administratives  composé du Conseil d’État et des Cours et tribunaux administratifs. Ces deux dernières juridictions n’existent pas encore.

 

ARMOIRIES-DE-RDC.jpg

Partager cet article
Repost0