Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 17:44

La population de Dilolo dans le district du Lwalaba a manifesté ce mercredi 15 mai 2013 matin contre l’administrateur du territoire de leur entité. Elle reproche à JEAN CLAUDE TSHIMBAYI de manquer le respect à sa population. Le président de la société civile de Dilolo joint ce mercredi au téléphone par Léon MWENZE ZAKI nous en dit plus : Chez nous à Dilolo, il y a eu marche de la population pour le départ de l’administrateur TSHIMABAYI KABINDA. Cette information s’est répandue sur la cité comme une trainée de poudre et la communauté s’est organisée pour demander une marche pacifique chose qui a été faite. Et ce matin il y a eu marche des manifestants qui sont allés jusqu’au niveau du bureau du territoire où ils ont rencontré le commissaire de district adjoint de Lualaba venu de Kasaji pour la circonstance et les manifestants ont déposé leur revendication. Il a dit que l’administrateur du territoire était déjà parti, il a été rappelé à sa hiérarchie. La marche est partie du terrain de football jusqu’au niveau du bureau du territoire. C’est là où était le point de chute. Ce que nous pouvons retenir par rapport à cet événement c’est demandé aux autorités qui gèrent le pays d’avoir une oreille sur les aspirations de la communauté c’est-à-dire d’être attentif sur les mouvements et les aspirations de la communauté. Il n y a pas eu de casse et la marche s’est déroulée pacifiquement.

Nos efforts se sont avérés vains pour atteindre l’administrateur.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 17:37

La société KAMOTO COPPER COMPANY va poursuivre sa quatrième phase de production d’où l’étude environnementale de 5 ans à venir à partir de 2013 ; a commencé ce jour à Kolwezi. De 2007 à 2011 KCC SARL a produit 15 milles tonnes de cuivre et 8 milles tonnes de cobalt. Dans sa phase 4 elle compte produire 120 milles tonnes de cuivre par an et 8 tonnes d’hydroxydes d’ici 2029. C’est ainsi que la société entend aménagée son usine existante. Au cours de l’exposé sur l’impact environnemental quelques observations ont été relevées par les participants. Ils souhaitent que certaines infrastructures près fabriquées se transforment en matériaux durables. Le maire adjoint de K’zi . Déodat KAPENDA WA KAPE NDA donne quelques recommandations au micro de Léon MWENZE : Au moins c’est un cadre dans lequel la société ouvre ses oreilles pour nous écouter. Non seulement nous mais tous ceux qui étaient dans la réunion ont parlé au nom de la population de Kolwezi. Il est vrai que tout ce qui se dit à la cité ne parvient pas aux oreilles des responsables de KCC. Et nous avons essayé de ramasser les pensées ou les désidératas de notre population. Ils sont intervenus par rapport à l’appui de KCC dans la construction de l’université. Je voulais seulement que les choses soient claires, le gouvernement a construit cette Université en partenariat avec KCC. Et quant à la route KAPATA, j’ai invité la société de s’en occuper parce que beaucoup de gens qui habitent KAPATA travaillent à KCC. Et je suis aussi intervenu sur le fait que leur hôpital qui est une infrastructure prêt construite. Kolwezi n’a pas besoin de ces genres de construction. Si KCC peut voir dans son futur budget la possibilité de construire carrément un hôpital en durable comme la Gécamines l’a fait et comme la SNCC l’a aussi fait.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 17:32

Rencontre ce samedi 18 Mai 2013 entre quelques membres du conseil de sécurité et la Monusco/K’zi. Tout a tourné autour d’une préoccupation de la Monusco sur l’évacuation des creuseurs de l’atelier de menuiserie. L’autorité a expliqué que tout est parti de la sensibilisation il y a cinq mois.

La lettre des creuseurs adressée à la Monusco dira le Maire est tombée en retard. L’état congolais a-t-elle indiqué devra poursuivre sa mission. CIME JINGA :

Nous en tant que gouvernement nous avons le devoir d’encadrer, d’accompagner les investisseurs. Nous devons parler aussi de ce qu’est leur contrat, nous devons parler de leurs investissements, l’installation, le programme à respecter pour la production. Comment est-ce que nous nous pouvons remettre ces gens là sur ce site pour qu’ils continuent à prendre les produits ne leurs appartenant pas. Donc nous l’Etat les autoriser à voler pendant six mois parce que la Monusco nous le demande. C’est illégale non colonel. Ce n’est pas normal. C’est quelque chose que l’on ne doit pas vivre.

 

Le négociant KAJIKO signataire de la lettre estime que l’Etat devra leur donner le temps : Nous nous disons ouvertement que nous attendons un délai. Même si on nous dit aujourd’hui qu’on nous donne un délai de trois ou quatre jours nous n’allions pas nous inquiéter parce que les gens ont laissé leurs produits sous terre. Pour le moment il n y a rien à faire seulement je voudrai demander quelque chose, les préposés du service de saesscam sont informés qu’il y a des produits sous terre par rapport aux nombres de jours fixés c’était insuffisant. Nous avons été surpris et nos produits sont encore sous terre.

 

Le colonel ZACHARIE de Monusco a relevé qu’il y a eu incompréhension :

Nous avons écouté la délégation des creuseurs, ils nous ont donné une version. Nous avons jugé utile de venir vers vous entendre aussi votre version. Vraiment nous sommes très édifiés, nous avons compris le problème, nous avons compris le dossier. Tout ce que nous pouvons dire ; c’est qu’une décision a été prise. Il appartient à tous de respecter cette décision. Ça nous le comprenons et nous espérons que ça sera pris dans ce sens. Peut-être la démarche a été un peu maladroite. Nous sommes obligés quand les gens viennent vers nous de les écouter et aussi d’aller vers les autorités et leur dire voilà ce que nous avons entendu et voilà ce que nous pensons.

 L’Etat doit poursuivre sa mission de remettre RWASHI-MINING dans ses droits.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 17:25

Depuis le lundi 13 Mai 2013 un communiqué de SAESCAM invite les creuseurs œuvrant à l’atelier de menuiserie de libérer l’espace qu’ils occupent. Ce dernier est attribué à la société RWASHI Mining par l’Etat Congolais. Plusieurs creuseurs hésitent encore de quitter cet endroit. Ils estiment selon nos sources proches que les sites qui leur ont été octroyés KABAMBA, KAWAMA, et autres ne sont pas si riches en minerais.

Le responsable de SAESCAM rejette l’éponge.

Robert TSHIME les appelle à se conformer aux prescrit du  communiqué.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 15:17

Le monde entier commémore chaque premier mai, la journée du travail. En RDC cette journée est célébrée sous forme d’une méditation pour cette année 2013. Kolwezi n’est pas resté en marge. L’intersyndical de Kolwezi a organisé une journée de réflexion autour de la piscine du cercle MANIKA au cours de laquelle un cahier de charge a été remis au chef de service de l’emploie. MSIRI président intersyndical nous explique le contenu de ce dernier :

Partager cet article
Repost0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 08:01
Une journée école ouverte s’est tenue ce lundi 29 avril 2013 à l’école primaire Kirongozi de la cité Musonoie. Les parents de toute la cité dont les élèves fréquentent les cinq écoles primaires GCM que compte cette cité, sont venus voir les expositions des élèves sur des matières ciblées et maîtrisées depuis le début de l’année scolaire 2012 – 2013. Cette journée est organisée chaque année avant la fête de l’enseignement, qui est célébré chaque 30 avril de l’année. Monsieur KAKEZA Directeur de l’Ecole primaire Kirongozi nous a appris que son école a été ciblée pour montrer aux parents les travaux de réhabilitation effectués par la G.C.M. Quelques parents seulement se sont présentés et ils ont apprécié le cadre d’encadrement de leurs enfants.
Partager cet article
Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 14:37

DSCF7930.JPGComme promis par le gouverneur lors de sa visite des travaux de route à Kolwezi ce mardi 23 avril 2013, trois camions remorques remplis de sac de maïs de 25 Kg sont stationnés à la place fatima où la vente est assurée par une équipe de la mairie à 18000 FC. Chaque famille est autorisée à acheter un sac. Cette opération s'étendra aussi dans les autres cités.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 10:37

La semaine dernière la situation sociale de la hausse de prix de maïs était préoccupante. Le président de la fédération des entreprises du Congo section de Kolwezi Monsieur CHANSA HENRY, nous donne des explications à ce sujet :

Nous en tant qu’opérateur économique et Président de la FEC (fédération des entreprises du Congo), la situation est trop claire pour cette baisse. Dernièrement il y a eu la Zambie qui a fermé ses frontières, mais aujourd’hui il y a des négociations avec la Zambie et il y a aussi le gouvernement provincial qui a ravitaillé la ville à partir de Lubumbashi. Comme les opérateurs économiques de Kolwezi vont s’approvisionner à partir de Lubumbashi, vous comprendrez que ce n’est que normal parce qu’il achète à un prix et ils mettent leur bénéfice. Pour constater cette baisse il faut que cette approvisionnement continue, sinon s’il y a rupture cela va encore remonter parce qu’on n a pas encore de garanti et d’ailleurs dans les périphéries on n’a pas encore commencé la récolte ; donc il faut attendre la récolte pour équilibrer. Mais maintenant là nous sommes dirigés vers la Zambie et l’Afrique du sud avec le gouvernement provincial. Voilà comment cela s’explique. Ce n’est pas la garantie ça peut remonter tout d’un coup.

La solution durable c’est de cultiver. Que l’agriculture soit aussi une priorité pour certaines entreprises de la province.

Partager cet article
Repost0
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 12:03

Un message émanant de la hiérarchie de l’administration publique a invité les chefs de services urbains du district de Kolwezi de ne plus abuser de l’occasion que leur offre le gouvernement d’envoyer les effectifs normaux de leurs personnels. Malheureusement il est constaté que certains chefs se permettent de gonfler les effectifs sur les listes avec des noms fictifs. C’est ce qui a amené particulièrement le Maire adjoint KAPENDA WA KAPENDA d’appeler le lundi dernier les responsables des services étatiques à l’ordre, Voici les propos de STANISLAS KIWELE KIABU, en charge de la fonction publique :

Ce qui devait se faire c’était complété les effectif s des agents décédés ou des déserteurs. Chaque service devait compléter les effectifs selon leur structure organique. Le message du maire vient de tomber à pique pour que chacun puisse mettre d e l’ordre dans son service cela nous permettra aussi de suivre depuis le recensement biométrique. C’est ainsi que le maire a demandé à chaque service d’envoyer la liste déclarative de ses agents tout en mettant sur cette liste les numéros du recensement biométrique de chaque agents ainsi nous verrons le service qui a plusieurs agents et on verra comment arriver à les écarter en attendant leur numéro matricule.

Partager cet article
Repost0
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 11:59

Dans le cadre de la ré visitation prochaine du code minier en République démocratique du Congo, le Maire de Kolwezi a réuni dans une séance de travail ce mercredi 10 avril 2013 les responsables des services concernés en vu de récolter les données à la base. Il s’agit des services de l’urbanisation, SAESCAM, PMEA, INDUSTRIE,  ENVIRONNEMENT, TITRES IMMOBILIERS ET CADASTRE. Pourquoi cette rencontre. Le porte parole des services nous donne les grandes motivations, Arthur BWANAANGAMBA s’est exprimé en ces termes :

Il y aura ré visitation du code minier, la population de kolwezi doit donner ses aspirations puisque nous vivons directement les implications du code minier. Le maire a appelé les services concernés pour que chacun donne dans son domaine les points sensibles sur les implications directes du code minier afin que ce que nous donnerons ici puisse monter et avoir des répercussions sur la ré visitation du code minier. Le problème qui dérange c’est surtout la délocalisation de nos villages. Quelqu’un vient avec son permis d’exploitation, pour lui c’est l’exploitation qui l’intéresse. Il ne s’intéresse pas à l’environnement. Ce sont ces questions que nous devons analyser avec la base, car c’est la ré visitation du code minier en général. Ce code a été promulgué depuis 2002, maintenant dix ans après on doit revoir ce qui a été et ce qui n’a pas été, pour voir comment aller de l’avant.

Partager cet article
Repost0