Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 13:28

Les travaux de réhabilitation de la route Maman Mujinga dans la commune de Manika se poursuivent normalement, confirme les sources proches de Swanepoel, l’entreprise qui exécute ces travaux. La partie comprise entre l’arrêt Binanza et Njanja est déjà asphalté. Sauf imprévu, le tronçon Maman Mujinga avec prolongement Lusambo pourrait être praticable d’ici  sept jours comme le dit, Paul Mabila, un des agents Swanepoel :

Nous avons tout le matériel et tous les intrants pour l’asphaltage de la route. Si les machines ne tombent pas en panne, dans moins d’une semaine nous allons finaliser ces travaux.

A ce sujet, c’est un ouf de soulagement de la part des chauffeurs et d’autres usagers de cette route qui relie la cité Manika au quartier Mutoshi :

Pour l’avenue maman Mujinga, nous sommes contents des travaux effectués, même les véhicules roulent bien, nous demandons qu’ils évoluent jusqu’à la fin et qu’ils songent aussi à mettre les casse vitesses parce qu’il y a beaucoup de chauffeurs qui roulent à tombeau ouvert. Maintenant nous ne passons plus sur la déviation depuis hier. Nous roulons sur la partie déjà asphaltée.

Nous demandons aussi aux chauffeurs de réduire leurs vitesses en respectant le code de la route en sachant que nous sommes dans une agglomération.

Partager cet article
Repost0
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 12:39

La morgue de l’hopital Général de référence Mwangezi est de nouveau fréquentable depuis ce samedi 06 avril 13, après son arrêt de plus de 30 jours. Le médecin directeur qui livre cette information à RCL, ce lundi 08 avril 13, invite ses clients à bien honorer le payement des factures qui serviraient, selon lui, à la réhabilitation rapide de cet outil en cas de panne. Voici les propos de Thirry Mwandwe :

 Nous avons plusieurs problèmes qui ont fait en sorte que le compresseur puisse être bousillé. Il y a d’abord cette instabilité du courant électrique que nous avec des interruptions intempestives, il y a ensuite une sur utilisation même du frigo. C’est un frigo de six places mais nous sommes obligés de conserver au-delà de la capacité normale ; nous arrivons même à dix-huit corps. Ce qui fait que le frigo est étouffé donc on n’arrive pas à bien fonctionner et avec ces facteurs nous avons connu ce problème de panne qui a duré un mois, mais nous venons de trouver quand même une solution. Il faut dire que c’est avec les recettes locales, que la direction de l’hôpital s’est sacrifiée pour que nous puissions utiliser les frais de fonctionnement afin de relever ce défi. Mais il faut aussi signaler qu’il y a un simple monsieur de la ville qui a donné un coup de pousse à cette situation ; c’est Monsieur Alex KAYA qui est propriétaire d’un atelier de soudure. Depuis samedi à 11h30 minutes la morgue est opérationnelle. Et les corps sont déjà conservés là bas. Nous demandons à la population de nous aider en régularisant normalement les factures de la morgue, car c’est avec cet argent que nous serons capables d’acheter un nouveau compresseur à mettre en réserve afin de prévenir une éventuelle panne dans les jours à venir. Tout cela pour éviter à perdre plus de trois jours sans que la morgue ne fonctionne.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 14:37

Les activités du mois de la femme dédiées au mois de mars ont pris fin ce vendredi 05 Avril 2013 à Kolwezi. C’est le cercle Manika qui a servi de cadre à cette manifestation de clôture. Quatre temps forts ont ponctué cette journée. La première intervenante Madame Olive de la vision mondiale a parlé du Leadership de la femme travailleuse et ménagère : La femme est un être de valeur c’est une créatrice spéciale, elle est excellente dans la société, elle est excellente même dans la maison. Il est dit que si la femme n’est pas là, la maison devient froide. Si la femme est là, elle devient un complément.

Comment éradiquer les violences faites à la femme et à la jeune fille. Ce thème a été développé par Salva WANGA. Elle a éclairé l’opinion dans le sens de la protection :

Eradiquer veut dire réduire la violence faite à la femme et à la jeune fille. Pourquoi on n’a pas dit comment éliminer, comment supprimer, mais on demande de diminuer. Comment s’y prendre pour diminuer les violences faites à la femme et à la jeune fille ?

Le chef de service de genre et famille Joséphine Mwange s’est penchée sur l’évaluation de toutes les activités menées par les femmes de Kolwezi au cours de ce mois de mars :

Nous avons fait la sensibilisation de maison par maison des mamans à Kanina. C’est vrai elles ont eu le temps d’entendre le pourquoi du mois de la femme et quelle est l’importance d’inscrire la jeune fille à l’éducation. Puisque la plupart des mamans ne pensaient pas qu’il faut aussi amener la jeune fille à l’école.

Pour clôturer, Maguy Karumb qui représentait le maire n’a pas manqué de placer un mot sur cette journée qu’elle considère de paix en ces termes :

Je vais demander aux mamans, tous ce que nous avons étudié, les conférences, les visites et tous ce que nous avons reçu ne nous arrêtons pas là. Continuons à mettre cela en pratique de sorte que nous changions. Et que le mois de la femme porte des fruits et qu’il ait de valeur. Autre chose, je remercie tous nos partenaires qui nous ont accompagnés tout au long du mois de la femme dans nos différentes activités. Sur ce je déclare close toutes les activités entretenues durant le mois de la femme.

Partager cet article
Repost0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 14:37

Les travaux des routes viennent de démarrer ce vendredi 5 avril 2013, sur l’axe Lusambo vers le stade Diur par l’entreprise Swanepoel. Il s’agit du prolongement  Maman Mujinga dans la commune de Manika. Pendant les opérations des engins, une couche des produits cuivreux, s’est révélée existante sur ce tronçon. Il a fallu l’intervention de la police pour disperser les ramasseurs de ces produits.

Le chef de chantier Swanepoel Bob MULONGO, a déclaré ce qui suit :

 

Nous travaillons sur le prolongement de l’avenue maman Mujinga jusqu’au stade donc l’avenue Lusasmbo. Nous faisons le décaissement, nous remblayons, nous stabilisons ensuite nous mettrons une couche de base pour pouvoir asphalté après. C’est le même projet que Maman Mujinga, sur celle-ci les couches de base sont déjà terminées, pour le moment nous sommes en phase finale d’asphaltage, cela ne va pas trainer. Il y a eu un incident technique qui a été décanté. Dans un ou deux jours, nous continuerons avec l’asphaltage.

Le travail que nous faisons, est technique. Parler du temps c’est un peu difficile parce qu’il y a aussi des incidents techniques qui peuvent intervenir. Mais en plein chantier en décaissant sur l’avenue Lusambo, nous avons constaté qu’il y avait la présence des produits cuivreux, c’est ainsi que la population a afflué, mais nous avons fait appel à l’autorité, elle est venue et elle a placé les policiers pour pouvoir sécurisé les travaux.

Partager cet article
Repost0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 14:07

Sauf  imprévu, la morgue de l’hôpital général de référence Mwangezi dans la commune de Manika pourrait fonctionner d’ici le début de la semaine prochaine. Déclaration faite ce vendredi 5 avril 2013 ; par l’administrateur ad intérim de cet hôpital. Pour rappel, la morgue de Mwangezi, n’est plus opérationnel depuis plus de 30 jours.

L’A.G, KAYUMBA MONGA déclare :

 

Cela fait un mois que le frigo de la morgue de l’hôpital Mwangezi ne fonctionne pas. Les corps sont transférés à l’hôpital du personnel de Kolwezi. Dans plus ou moins quatre jours le frigo de la morgue de Mwangezi sera opérationnel car nous avons acheté un nouveau moteur avec les frais de fonctionnement de l’hôpital. Et c’est à partir de Lundi que le moteur sera installé. Que la population soit patiente.

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 13:17

Le bourgmestre intérimaire de Manika est descendu ce jeudi  04/04/2013 dans le marché centrale de Manika, l’objectif poursuivi est de retourner tous les marchands qui évoluent en dehors du secteur pour les remettre à l’intérieur du marché. Maguy Karumb justifie le bien fondé de son opération :

 

Nous avons une mission qui s’appelle  « Tout le monde à l’intérieur du marché ». Nous débutons d’abord avec la section du poisson et la section légumes. Nous savons qu’il y a des marchandes qui étalent leurs produits par terre et avec cette pluie, cela cause diverses maladies.

Nous allons voir un endroit pour les vendeurs et vendeuses de poissons et de légumes.

Il y a beaucoup de places à l’intérieur du marché ; ceux là qui ont suivi le mot d’ordre y sont déjà. Et cela présente un bon aspect.

 

Une grande partie des marchandes s’est conformées au message de l’autorité municipale. La réaction ne s’est pas fait attendre :

 

Nous sommes très contentes du fait que certaines marchandes  qui évoluaient à l’extérieur du marché sont maintenant à l’intérieur. Car avant les clients n’entraient pas dans le marché. Si nous sommes tous ensemble, nous verrons aussi les clients. Pour celles qui sont restées à l’extérieur du marché dans la parcelle d’une certaine maman qu’elles entrent aussi à l’intérieur.

 

Cependant un dépositaire s’explique sur l’état des marchandes qui se trouvent devant sa parcelle :

 

Moi j’ai un dépôt de fretins, je demande seulement qu’on me paie les frais de dépôts, les taxes de l’Etat ne me concernent pas car je m’acquitte de mon devoir envers l’Etat.

 

Une autre vendeuse se plaint du fait que les places à l’intérieur du marché posent problème ; voici ses propos :

Nous qui n’avons pas de place à l’intérieur du marché, nous demandons ceci : que le responsable du marché, nous indique des places avec précisions, sinon nous n’arrêterons pas d’exposer nos produits sur l’avenue Mukuba parce que nous manquons de place à l’intérieur du marché.

 

Toutefois, l’opération retour à l’intérieur du marché se poursuit, a confirmé l’autorité municipale

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 14:02

 

C'est devenue une monnaie courante à kolwezi ville et ses environs, où les gens abattent des chiens en plein air. Cette situation inquiète la population de kolwezi. La dernière en date c’est ce mardi 02 Avril 2013 où la tension de la population a failli monter. Elle voulait s’en prendre à ces abatteurs – mangeurs de chien. Voici les propos d’un habitant de la cité Manika :

 

Vers 13H30, il y a un groupe de gens qui se sont entassés sur un endroit entrain de crier. De quoi était-il question ? C’était des abatteurs de chiens derrières un camion. Après avoir tué le chien, ils l’ont dépiécer et ils ont commencé à le griller. Suite aux cris de la foule ; ils ont mis les morceaux de viandes dans un sac qu’ils sont allés jeter aux croisements des avenues Kasaï  et Basanga. Ils ont versé de l’essence dessus et mis le feu.

Nous population de la cité Manika demandons qu’on ne tue pas les chiens en plein jour et en plus en plain air.

Le Chef MWANFWE avait lancé un message selon lequel, même si vous consommez la viande de chien, il ne faut pas le tué en plain air, car c’est aussi un animal mythique.

 

Ces abatteurs sollicitent auprès de l’Etat l’ouverture d’un abattoir pour chien. Selon le chef de service urbain de l’agriculture, pêche et élevage, le législateur n’a pas prévu cette disposition. Il s’est exprimé en ces termes :

Dans nos habitudes alimentaires même le code de lois ne prévoit pas où on doit abattre le chien, parce qu’il est élevé pour le gardiennage et non pour la consommation de sa viande.

Maintenant, comme cette habitude de consommer la viande du chien s’est installée dans notre contrée, nous devons chercher à réglementer l’abattage des chiens pour éviter de scandaliser ceux qui ont du dégoût pour la viande de chien.

Il y a l’abattoir public pour le gros bétail et aussi pour les porcs, tandis que les tueries dans les communes sont réservées pour l’abattage des chèvres, des moutons,…. Mais il n a jamais été question de l’abattage des chiens. Il y a des gens qui trouvent cela normal dans leur coutume, dans leur régime alimentaire. C’est pour cela que nous devons essayer de voir  comment concilier les deux afin de permettre l’abattage des chiens sans scandaliser les gens. Parce que, quand même on abat une bête en public c’est déjà condamnable.

En principe ces chiens qui sont entrain d’être abattu en plein air doivent faire l’objet de saisi de destruction. C’est une infraction parce que même les tueries en public le sont, nous ne pouvons pas accepter que les chiens soient abattus à l’abattoir public, même pas dans les tueries autorisées du petit bétail parce que cela créerait un dégoût aux consommateurs de la viande.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 15:17

 

Pour clôturer le mois de mars, mois consacré au droit des femmes, une conférence ayant pour thème rôle de la femme dans la lutte contre la violence faite à elle. Organisée par la Génération Impact Média. Son président Rock Mukuna nous donne les raisons de l’organisation :

 

Nous profitons de cette occasion pour faire une sortie officielle parce que depuis notre installation à Lubumbashi le 09/03/2013. Jusque là à Kolwezi c’est la première manifestation que nous avons organisée. Nous avons voulu faire cela aujourd’hui et à cette endroit pour que les gens puisse connaître les activités de Génération Impact Média (G.I.M) c’est quoi GIM, ce que nous projetons à faire dans la ville et aussi  faire connaître à toute  la population quelles sont nos objectifs.

Génération Impact Média était un ASBL et maintenant c’est une ONG depuis 2013 qui regroupe des hommes et des femmes de média. Pour tous ceux qui veulent y adhérer, ils ne sont pas obligés d’être journaliste, mais ils doivent être dans un domaine bien déterminé mais ils doivent s’aligner à la vision de la Génération Impact Média.

Pour cette année, nous travaillons avec le ministre de l’environnement sous la sensibilisation de la protection de l’environnement.

 

Parmi les orateurs figurait le chef des travaux Joseph Tshimwanga, il nous fait le condensé de son discours :

 

C’est une journée qui confirme le mois de la femme et qui se termine pratiquement ce 30. Moi je ne préfère pas que ça soit une dernière journée, parce que la femme est toujours dans la vie, elle a toujours les mêmes problèmes qu’elle pose. Lorsque j’ai parlé de la violence faite à la femme, je pensais à tout ce qui se passe à l’Est de la RDC. Ces phénomènes de violences sont observés dans les zones à conflit récurant. Et ici nous parlons de la partie Est de la RDC où on connait ces menaces. Cela est fait sciemment pour éclater les familles.

On utilise la violence contre la femme comme étant une destitution de la famille. Imaginez qu’on mette l’homme, la femme et les enfants et qu’on leur demande de faire de l’inceste cela disloque la famille. Il était donc opportun pour nous scientifique de donner un message à la population pour que l’on prenne courage, le gouvernement doit être impliqué totalement. Je suis content que la communauté internationale a émis des dispositions légales pour éviter ce phénomènes, mais malheureusement il y a beaucoup de gens qui restent impunis. Et cela se fait d’une manière délibérée. Je crois que pour éviter tout cela il faudrait d’abord qu’on ramène la paix, parce que sans la paix ces histoires sont sans contrôles. Ces gens seront toujours impunis.

Imaginez qu’il y a la guerre tout le temps, qui va contrôler ces choses-là. Comme nous négocions la paix aujourd’hui au niveau international cela pourra rapporter pour que l’on puisse poursuivre tous ces criminels qui posent des actes de violences.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 15:07

 

 La poursuite des travaux de la route Kolwezi – Likasi pourrait reprendre à la fin de la saison des pluies. L e maire s’est exprimé en ces termes :

 

 En ce qui la route Kolwezi-Likasi, il reste un tronçon de plus ou moins cinquante Kilomètre non encore asphalté. Il y a un programme selon lequel, lorsque les travaux de l’aéroport de Kolwezi seront achevés, l’aéroport de Lubumbashi sera temporairement fermé. Les avions descendront à l’aéroport de Kolwezi et les gens seront acheminés de Kolwezi vers Lubumbashi par Bus et surtout  pour aider la population qu’il y ait beaucoup de bus effectuant le transport Kolwezi – Likasi – Lubumbashi.

Après la saison des pluies qui était abondante, ils vont poursuivre les travaux. Ces travaux se feront rapidement de sorte que le trajet Kolwezi – Lubumbashi puisse prendre trois heures comme dans le temps.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 14:56

Maman-Mujinga-coin-Okito.jpg 

De retour  de Lubumbashi depuis ce dimanche 31 mars 2013, où le chef de l’exécutif urbain est allé participer non seulement à des réunions ayant trait à la qualité d’infrastructures, mais aussi celles liées à l’exploitation illégale des minerais, le Maire de Kolwezi affirme que les travaux des routes en ville vont se poursuivre. Propos de Charlotte CIME JINGA :

 

La réhabilitation des routes à Kolwezi a deux volets, il y a le projet du Gouvernement Provincial sur les routes qui se retrouvent dans la commune de Dilala et le projet de la société Kamoto Copper Compagny sur celles se retrouvant dans la commune de Manika. Et ses deux projets ont été réalisés.

Par rapport à notre terrain qui est sablonneux, la base a été posée, et c’est sur celle-ci que les véhicules roulent jusqu’ à aujourd’hui. Mais au regard des exigences  techniques, le Gouvernement Provincial est prêt à payer l’entreprise Swanepoel pour poser la couche de roulement.

Tout s’est bien passé au cours de la réunion où nous étions avec les représentants de cette société et tous les différents documents suivent leur cours normal pour que celle-ci pose la couche de roulement, et en même temps poursuivre les travaux sur les avenues maman Mujinga, Okito,… en respectant le programme qui avait déjà été établi.

Partager cet article
Repost0